Interview

Interview de Laetitia Arnould

14517662_654005854774292_2750528018990774203_n

 

Bonjour Laetitia, merci de m’accorder du temps pour répondre à cette interview.

Bonjour Tyffanie. C’est un plaisir de pouvoir le faire. Merci pour l’invitation !

1. Dans votre enfance, quel rapport aviez-vous avec la lecture ?

R : C’est ma mère qui m’a donné goût à la lecture. J’ai rapidement aimé les histoires teintées de magie et j’ai dû lire et relire mes livres de contes des dizaines de fois. Je suis devenue très tôt une boulimique de bouquins.

2. Comment la lecture à évolué dans votre vie ?

R : Je suis presque restée la même lectrice que celle que j’étais, enfant. Ce qui a changé, c’est le nombre de pages de mes lectures et les genres, toujours plus diverses et nombreux au fil des ans. J’aime qu’un livre me transporte, m’émerveille et me bouleverse.

3. Quand vous est venue l’envie d’écrire ?

R : Quand j’étais gamine, j’écrivais déjà des histoires courtes que j’illustrais et racontais à mon frère cadet, aujourd’hui auteur (Jeremy Angelo Napoli).

4. Quel (s) livre (s) a marqué votre vie ?

R : Il y en a eu tellement ! Petite fille, en plus des contes de Perrault, d’Andersen ou des frères Grimm, il y a eu « Alice au pays des merveilles » de Lewis Carroll et « Peter Pan » de James Matthew Barrie. Adolescente, je me souviens surtout de « Jurassic Park » de Michael Crichton, « Les chroniques de Narnia » de C.S Lewis, « Un chant de Noël » de Charles Dickens, « Le Portrait de Dorian Gray » d’Oscar Wilde, et bien entendu, la saga « Harry Potter » de J.K. Rowling. Sans oublier « 1984 » de George Orwell, « Roméo et Juliette » ou encore « Hamlet » de William Shakespeare, les romans de Francis Scott Fitzgerald, ceux de Jane Austen, des soeurs Brontë et de Jules Verne. Mais il y en a tant d’autres que je pourrais noircir des lignes de titres…

5. Qu’avez-vous ressenti lors de la parution de votre premier livre ?

R : Un mélange d’émotions, qui est le même à chaque nouvelle parution: la fierté, la satisfaction et toujours une certaine appréhension à l’idée de ce que les lecteurs vont penser ou ressentir en les lisant.

6. Quand écrivez-vous ? Avez-vous un rituel d’écriture ?

R : Dès que possible, mais en particulier la nuit, entre minuit et quatre heures du matin (les heures les plus propices à l’imagination et à l’inspiration.) J’écris à lumière tamisée, même si c’est en journée, avec une tasse de thé à portée de main, mes carnets de note et mes grigris. Sans oublier un casque vissé à mes oreilles qui délivre mes mélodies favorites. Indispensable !

7. Que représente l’écriture pour vous ?

R : Une manière de partager. Un besoin. Quelque chose de fondamental dans mon existence.

8. Quelles sensation ou satisfaction tirez-vous de l’écriture et de la création d’histoire ?

R : Toujours beaucoup de plaisir à inventer une nouvelle histoire, à apprivoiser de nouveaux personnages, à les écouter et à les faire vivre… Et quand j’écris le mot « Fin », j’éprouve un mélange de nostalgie, d’appréhension et de fierté. À chaque fois.

9. En tant qu’écrivaine, lisez-vous beaucoup ?

R : Arf ! Je ne peux pas me passer de lecture ! Ma,bibliothèque déborde et ma wishlist est comme un puits sans fond.

10. D’où vient votre inspiration ?

R : Beaucoup de mes rêves, même les plus loufoques. De la vie en général. De l’Histoire. D’une musique, d’une toile, des contes de mon enfance, de mythes (en particulier les mythes nordiques), ou même d’un gâteau (c’est un Opéra qui a déclenché l’idée d’écrire une histoire dans un opéra – et mon amour pour la musique).

11. Avant l’envoi de votre manuscrit, le faites-vous lire à un proche ou non ?

R : À ma sœur uniquement. Pour mon dernier roman, je lui ai surtout fait voir la trame de l’histoire. Mes premiers vrais lecteurs ont été les membres du comité de lecture et l’équipe éditoriale d’une maison d’édition au nom magique (Vous devinez laquelle?Magic Mirror Éditions!)

12. Êtes-vous fière de vos livres ?

R : Oui ! Même si je doute (et je douterai toujours) de ce que je fais, je suis fière de mes personnages, de leurs imperfections et de leur histoire.

13. Visez-vous un type de lecteur en particulier ?

R : J’écris surtout ce qui me passe par la tête. Et ce qui me passe par la tête m’a amenée à écrire des histoires qui s’adressent à tous les publics, de mes albums pour les tout-petits en passant par des romans jeunesse ou young adult qui peuvent plaire à tout âge…

14. À l’heure actuelle, êtes-vous écrivain à plein temps où non ? Avez-vous l’ambition de le devenir ?

R : Je tente de le faire. J’en rêve…

15. Vous êtes-vous fixé des objectifs lorsque vous avez commencé à écrire ? Quels sont-ils aujourd’hui ?

R : Au début, absolument aucun. Je n’avais pas du tout dans l’idée de faire publier mes textes. Aujourd’hui, mon principal objectif est de pouvoir continuer à écrire, de pouvoir faire rêver ou de pouvoir toucher les lecteurs (et d’aller à leur rencontre!!!).

16. Quel rapport avez-vous avec les médias?

R : À l’heure actuelle, ces rapports sont plutôt rares, alors je ne sais trop quoi répondre (rires).

17. Je souhaiterai parler de votre livre « Solstices », ayant passé un très bon moment avec ce roman. Pourquoi avoir choisi ce mélange d’histoire et de magie ?

R : D’abord parce que je suis passionnée par le Siècle des Lumières en France, période qui m’a beaucoup inspirée pour planter le décor de « Solstices » (publié chez Gloriana Éditions). Ensuite, parce que j’aime distiller quelques gouttes de magie dans mes récits. Aussi parce que j’ai pris un immense plaisir à mêler les deux. Et enfin, parce que ce mélange « historico-magique » correspondait parfaitement à un appel à texte auquel je tenais à participer.

18. En m’imprégnant de votre récit, j’ai aperçu une envie de prouver que deux mondes que tout « séparent » peuvent être compatible, est ce un message que vous faites passer ?

R : La naissance, le statut social ou la fortune d’une personne ne fait pas d’elle ce qu’elle est. Des êtres venus d’univers aux antipodes l’un de l’autre peuvent tout à fait se retrouver dans des passions communes, des idéaux, des valeurs… Du moins, c’est mon humble avis.

19. Auriez vous aimé vivre une histoire aux allures de celles que vous avez créé pour Gemma ?

R : Dans une autre vie, un autre temps, ma foi, pourquoi pas ? Même si je ne me vois guère en princesse (rires) ! Ce qui est certain, c’est que j’aurais adoré vivre (du moins pour un temps) à l’époque dans laquelle j’ai plongé Gemma, Laurent et Edmond.

19. Quel est le message le plus important que vous voudriez faire passer grâce à vos récits ?

R : J’écris au feeling alors je n’y réfléchis pas forcément au cours du processus de création d’une histoire. Toutefois, le respect, la tolérance, l’acceptation ou encore le dépassement des préjugés, sont des messages qui reviennent dans plusieurs de mes textes. Tout comme le fait que dans la vie et dans nos âmes, tout n’est pas blanc ou noir, le gris existe aussi.

20. Aujourd’hui qu’est ce qui vous donne envie de continuer à écrire ?

R: La passion d’imaginer, d’inventer, de donner vie à des personnages, qui me ressemblent (ou pas). Et puis c’est un besoin que j’ai, d’écrire, encore et toujours. C’est vital pour moi.

21. Si vous deviez vivre dans un de vos livres, lequel choisiriez-vous ?

R: Alors, je m’entourerais d’un génie, d’une machine à remonter le temps et de quelques enchanteurs pour m’inviter un temps dans chacun de mes livres, comme dans ceux à venir…

Merci Laetitia d’avoir répondu à toutes mes questions, j’espère que vous avez pris plaisir à y répondre !

Merci à vous !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s